Les prévisions de l’année 2022 pour le marché immobilier en France

2021 est l’année de tous les records selon les professionnels de l’immobilier. Record du nombre de transactions enregistrées, des taux d’intérêt très bas, des hausses des prix, de la durée des crédits immobiliers, etc. Mais quelles sont les prévisions du marché immobilier en 2022 ? Comment vont évoluer tous ces indicateurs cette année ? L’équipe de Vision’ère Immo fait le point pour vous et vous donne quelques éléments de réponse dans cet article. C’est parti ! 

Une hausse des taux d’emprunts…

Ces dernières années les taux d’emprunts immobiliers étaient extrêmement bas pour le plus grand bonheur des ménages français qui ont pu voir leurs projets d’achat immobilier se concrétiser ! 

En 2022, selon les courtiers en crédit, les taux immobiliers devraient augmenter... 

Dès le mois d’octobre 2021, déjà, les professionnels du secteur observaient une progression avec des taux affichés remontés par les banques de 1/4 de point.

En novembre et décembre, même constat, les barèmes reçus par les établissements bancaires sont en hausse.

Futurs acquéreurs rassurez-vous ! Il s’agit d’une hausse très légère qui ne devrait toutefois pas freiner vos projets. 

Cette faible hausse des taux d’intérêts qui ne devrait pas avoir d’impact réel  sur le budget des ménages pourrait par ailleurs être facilement économisée sur l’assurance de l'emprunt.

En effet, la proposition de loi "pour un accès plus juste, plus simple et plus transparent au marché de l'assurance emprunteur", qui vise à donner la possibilité aux emprunteurs de résilier leur assurance et d’en changer quand ils le souhaitent a été adoptée par l’assemblée nationale. Bien qu’elle soit encore en cours d’examen du côté du Sénat, celle-ci devrait entrer en application prochainement. Une bonne nouvelle pour les acquéreurs qui leur permettra de mieux négocier leur assurance et de réaliser de belles économies sur leur budget immobilier qu’ils pourront réinvestir ailleurs.

Une pression sur les prix de l’immobilier en 2022 

Depuis quelques années les prix de l’immobilier ne cessent d’augmenter (voir notre article sur Rennes)…

En 2022, les notaires de France estiment que la pression sur les prix devrait se maintenir à cause de la baisse du nombre de logements disponibles en France. 

Le marché de l’immobilier français est dynamique mais les stocks en logements sont faibles c’est pourquoi les prix devraient continuer d'augmenter en 2022.

Toutefois, une étude S&P tempère et révèle que cette augmentation des prix de l’immobilier devrait rester raisonnable. 

L’étude table sur une croissance des prix de l’immobilier contenue à 2 % en moyenne pour 2022.

En effet, plusieurs raisons font pencher la balance vers une stabilisation des prix de l’immobilier :

  • Les hausses excessives des prix des logements à vendre dans certains secteurs pourraient avoir raison des potentiels acheteurs n’ayant pas un pouvoir d’achat suffisant…
  • L’accès au crédit immobilier est plus que jamais difficile ! En effet le Haut Conseil de Stabilité Financière (HSCF) qui fixe les règles pour toutes les banques en France a durci les conditions d’obtention des crédits immobiliers afin de prévenir les risques de surendettement des ménages. Depuis le 1er janvier 2022, les banques ont l’obligation de ne pas dépasser 35 % de taux d’endettement et 25 ans de durée d’emprunt ;
  • La pénurie de bien à vendre peut démotiver les acquéreurs, qui seront tentés de repousser leur projet immobilier en attendant de trouver leur bonheur ;
  • 2022 : année électorale ! Eh oui, chaque élection présidentielle est souvent synonyme de pause du côté des projets des acheteurs et des vendeurs.

Si cette tendance à la hausse des prix devrait donc s’atténuer de manière générale, ce ne sera pas le cas dans toutes les régions… 

Dans certains secteurs des augmentations de 10 % des prix de l’immobilier sont attendues et notamment à proximité des grandes villes qui bénéficient actuellement d’une forte attractivité ! 

Par exemple en région Bretagne / Pays-de-la-Loire, la hausse des prix devrait continuer de progresser dans des villes de taille moyenne telles que :

  • Angers (+ 7,5 % de hausse des prix en 2021)
  • Le Havre (+ 7,4 %)
  • Brest (+ 7,1 %)
  • Tours (+ 6,7 %)

 

Une tendance à l’exode urbain qui se confirme en 2022

Les professionnels de l’immobilier ont constaté qu’en 2021, les investissements immobiliers dans des appartements en ville et notamment dans les grandes métropoles ont été moins nombreux qu’à l’accoutumé…

À contrario, celui des maisons avec extérieur a nettement progressé !

Suite à la pandémie, les ménages français vivant dans de grandes villes, ont ressenti le besoin de s’éloigner un peu de ce mode de vie et ont profité de l’essor du télétravail pour aller s’installer à la campagne.

Ainsi, selon une étude du Conseil supérieur du notariat (CSN) le prix des appartements a augmenté en France de 5,2 % entre janvier et octobre 2021, quand celui des maisons a fait un bond de + 9 %.

La tendance selon laquelle la campagne devient le nouvel eldorado des acquéreurs devrait encore se confirmer en 2022. Toutefois, ces propos sont à nuancer car cela ne veut pas dire que les grandes villes en France vont perdre en dynamisme, car leur attractivité économique reste vive. 

Les conséquences d’un nombre croissant de passoires thermiques

En 2022, l’éradication des passoires thermiques va s’accentuer !

Pour rappel, la loi climat et résilience visant à inciter les propriétaires bailleurs à réaliser des travaux de rénovation dans leurs logements énergivores a définitivement été adoptée en 2021. 

Sans amélioration énergétique, ces logements appelés passoires thermiques ne pourront plus être qualifiés de logements décents et seront progressivement exclus du marché.

À compter du 22 août 2022, dès lors qu’un logement sera classé F ou G en diagnostic de performance énergétique (DPE), cela entraînera le gel de son loyer, c’est-à-dire que le propriétaire ne pourra plus l’augmenter, que ce soit dans le cadre d’un renouvellement ou d’une nouvelle location. 

À partir de 2025, les logements classés G ne pourront plus être loués définitivement.

Un nombre croissant de biens est désormais considéré comme très énergivore sur le marché français… Or, les professionnels de l’immobilier estiment qu’une rénovation énergétique performante est coûte entre 15 000 € et 40 000 €, ce qui risque de dissuader certains investisseurs de s’intéresser à ce type de biens. 

À long terme, les logements sur le marché locatif pourraient donc se faire de plus en plus rares et ce sont les locataires qui seront les premiers impactés… 

À noter également qu’à partir du 1er septembre 2022, les propriétaires de logements classés F ou G devront réaliser un audit énergétique pour la mise en vente de leur logement. 

L’audit énergétique sera plus complet que le diagnostic de performance énergétique (DPE). Il comprendra des propositions de rénovation, sous forme d’un parcours de travaux. L’audit énergétique mentionnera également l’impact théorique des travaux proposés sur la facture d’énergie. Il fournira des ordres de grandeur des coûts associés à ces travaux et indiquera les aides publiques destinées aux travaux d’amélioration de la performance énergétique.

 

Quelle que soit votre situation ou la nature de votre projet immobilier, l’équipe de Vision’ère Immo vous accompagne tout au long du processus ! Nos experts en investissement immobilier analysent toutes les possibilités afin de vous permettre de vous lancer sereinement dans l’aventure. Contactez-nous au 02 53 35 44 35.